Revue Le Flyer Archives Cyberpresse SYNERGIE - Réseau Ville Hôpital

cocaïne

  • Lacoste : Alcool-cocaïne, des liaisons dangereuses

    Intervention du Dr Jérôme Lacoste, CHU de Fort-de-France (Martinique) et Université des Antilles et de la Guyane, le 12/04/2012, sur le thème "Alcool et cocaïne: des liaisons dangereuses" à l'occasion des Deuxième journée universitaire de l'addictologie en Poitou-Charentes (37:43)
    Voir la vidéo sur le site de l'Université de Poitiers
    http://uptv.univ-poitiers.fr/program/les-addictions-deuxieme-journee-universitaire-de-l-addictologie-en-poitou-charentes/video/3103/alcool-et-cocaine-des-liaisons-dangereuses/index.html
    Le Dr Jean Lacoste évoque l'histoire de la cocaïne (le Vin tonique Mariani, Coca-Cola, usage thérapeuthique, notamment comme anesthésiant), sa perception par le corps médical qui ne reconnaît sa dangerosité qu'à partir des années 80, l'apparition du crack. Aujourd'hui, la consommation de cocaïne est en croissance en Europe.
    La polyconsommation cocaïne-alcool est fréquente du fait du mode consommation festif, de contextes de marginalité (crack), d'alternance binge drincking/usage de coke, d'usage de l'alcool pour assurer la "descente", se calmer, trouver le sommeil, réduire le "craving". 70% des personnes dépendantes à la cocaïne sont co-dépendante à l'alcool. La co-consommation induit des dépendances et des troubles plus sévères, des rechutes plus fréquentes.
    Il fait le point sur le modèle thérapeutique de la "gestions de contingence" où l'on "récompense" l'abstinence grâce à des "bons-cadeaux" semble donner des résultats et sur les médicaments disponibles.

  • Pécaut : FARC, cocaïne et violence en Colombie

    Daniel Pécaut est sociologue, spécialiste de la Colombie, auteur notamment de "Les Farc, une guérilla sans fins ?"
    Dans cet interview, réalisée par Gustavo Pastor, Daniel Pécaut fait le point sur l'état actuel des F.A.R.C., dans un contexte de "guerre à la drogue" qui mobilise l'armée colombienne, les USA et des groupes paramilitaires ("Plan Colombie"), qui visent bien plus les FARC que les Cartels de la drogue, qui restent puissants et bénéficient de réseaux de corruption. Il en résulte un affaiblissement des FARC, mais aussi une augmentation de la violence.