SYNERGIE - Réseau Ville Hôpital Revue Le Flyer Archives Cyberpresse

Comorbidités psychiatriques

Méthadone et dépression - Etude prospective dans un CSAPA

METHADONE ET DEPRESSION
ETUDE PROSPECTIVE DANS UN CSAPA
Dr Karima KOUBAA, CSAPA ARPADE, Toulouse (31)

Le Flyer N°40, Septembre 2010
Objet

Etude prospective analysant l’évolution sur six mois de l’humeur d’une population d’usagers de

drogues opiodépendants, à partir de leur inclusion en traitement méthadone.
Méthode

Recueil de données à partir d’un auto-questionnaire (Q2A de Pichot)

avec 13 items évaluant l’humeur.
Figure_1_-_Flyer_40

Ce test est intéressant dans les dépressions modérées de type névrotique. La dépression est franche quand le score est égal ou supérieur à 7.

Il a une bonne valeur diagnostique au début d’une dépression ou dans les dépressions masquées. Les données recueillies au cours de la consultation médicale ont été traitées à l’aide du logiciel Statview.
Population

Cohorte de 39 sujets dépendants majeurs aux opiacés, pour lesquels un traitement méthadone

va être initialisé et désirant une prise en charge de longue durée en milieu spécialisé.
Résultats

 

 
1-Caractéristiques sociales et antécédents familiaux

 

 
Figure_2_-_Flyer_40

 

 
2-Évolution du score de Pichot

La moyenne du score de Pichot avant l’initialisation du traitement méthadone est de 7,38 révélant une dépression franche retrouvée chez tous les sujets.

La méthadone permet dès le premier mois une amélioration de l’humeur qui va se poursuivre au sixième mois.
Figure_3_-_Flyer_40

 

 
Discussion

Les opiacés interviennent dans la régulation de l’humeur en interagissant avec la sérotonine, la dopamine et les catécholamines. La méthadone est une molécule aux propriétés psychotropes multiples à condition qu’elle soit prescrite à un dosage adéquat et avec un bon soutien psychosocial.

Plusieurs perspectives concernant cette étude peuvent être envisagées :
- étudier les résultats sur une durée plus importante.
- renforcer l’évaluation de l’humeur par des échelles de la dépression renseignées par le thérapeute (Hamilton ou MADRS).
Conclusion

Le programme méthadone, en permettant le lien entre les usagers de drogues et les soignants, favorise une prise en charge pluridisciplinaire et

individualisée dans un objectif d’amélioration de la qualité de vie, intégrant une meilleure santé psychique.